mercredi 21 mai 2014

Lecture - Alain Lafond - Dreamwalkers

Chronique de la lecture
Auteur : Alain Lafond
Trilogie : Dreamwalkers
Maison d’édition : Onirium
Style : Thriller fantastique et science fiction

Je ne lis pas souvent ce genre de bouquin à cause du thème traité. Ça frise l’horreur sans jamais traverser la ligne. Cependant, assise à côté d’Alain dans les Salons du livre, j’ai aimé sa façon passionnée de présenter le sujet aux visiteurs. J’étais fort intriguée. C’est ainsi que, s’il n’a pas influencé mes rêves, le gaillard a influencé ma lecture. J’ai lu d’abord le premier qui m’a captivé par la qualité de l’écriture, mais aussi par l’imaginaire de l’auteur. Quand le deuxième est sorti, je l’ai vite gobé. Le troisième a trainé sur ma table de chevet durant de nombreux mois. Je savais qu’en lisant la première page, je n’arrêterais qu’à la dernière. J’ai donc attendu, péniblement et en salivant, qu’une fenêtre de trois jours de repos se présente. J’ai bien fait, car cette fois encore, je n’ai décroché qu’à la fin... Tenez-vous le pour dit ! C’est bon ! C’est intéressant ! Ça captive. Attention aux nuits blanches! 

Quand je lis les livres d'Alain, je perds la notion du temps, ma tisane refroidie et mes repas sont frugaux. Un chapitre après l’autre, l’histoire me captive. Je m'attache aux personnages. Sam, Sarah, Max, Charles, Rose et bien d’autres. Même les policiers sont sympathiques ! Hem... est-ce que les dreamwalkers les auraient influencés ? On aime haïr les mauvais caractères. 

Nos rêves nous appartiennent. Ils constituent la frontière entre le réel et notre inconscient. L’imagination sans borne que nous y trouvons demeure notre jardin secret. Du moins, c’est toujours ce que j’ai pensé. Jusqu’à ce que je lise les bouquins d’Alain Lafond. Depuis, je me demande si quelqu’un les influence... non bien sûr ! Ça tirerait de la science-fiction ! Vraiment ?  

LA TRILOGIE « DREAMWALKER »

Je vous présente donc les trois livres, plus de 600 pages chacun, de la collection Dreamwalkers : 

 Tome 1 : Les voyageurs de la nuit. Samuel Swartz, vétérinaire accompli, vit dans le bonheur. Puis, tout s’arrête. Après le drame qui le laisse seul dans la vie, Sam apprend qu’il est un « voyageur de la nuit », c’est-à-dire qu’il possède la capacité de s’infiltrer dans les rêves et agir sur les gens à leur insu. 

S’il ne se souvient pas, il a déjà utilisé ce pouvoir pour sauver une fillette en s’opposant à son bourreau, un monstre à la folie meurtrière qui détient la même faculté que lui. Ayant perdu un œil dans l’échange, Viktor cherche sa vengeance. Sam survivra-t-il à cet ennemi impitoyable ?

Le tome 1, les voyageurs de la nuit, est le fier lauréat du Prix d’excellence en édition indépendante Quadriscan 2013.


Tome 2 : L’incréé. Nous retrouvons Samuel Swartz quelques années plus tard. Qu’est-il vraiment devenu ? Son compagnon, la chose, qui partage son corps est-il seulement ce qu’il prétend ? 

L’intrigue se tord, devient plus nébuleuse... Une communauté religieuse fanatique disparaît, un bout de papier laissé par une disciple annonce la fin des temps et le doute s’installe quant aux intentions de l’entité. Est-ce réellement le début de la fin ? Samuel subit mal la trahison. Réussira-t-il à sauver le monde contre les agissements de l’Ancien devenu monstre ?


Tome 3 : Le forgeron du destin. Depuis cinq ans, l’Ancien est emprisonné dans l’esprit de Jérémy. Le coût de cette action prise par Samuel Swartz est énorme. L’esprit de Jérémy est resté mutilé, comme celui d’un enfant dans le corps d’un adulte. Quand son état se détériore rapidement, tous s’inquiètent. Est-ce qu’Ariel, la nouvelle venue dans le quartier serait responsable ? N’affirme-t-elle pas pouvoir détruire l’Ancien et rendre à Jérémy ce qui lui a été volé ?
Rose, la cartomancienne qui parle avec les esprits de l’au-delà, y va d’une nouvelle révélation : les cartes ne lui présentent plus d’avenir. L’humanité sera détruite prochainement. Les agissements de l’Ancien, qu’on appelle le renégat, ont provoqué une guerre dans le monde invisible. 

Rien ne va plus et le temps est compté.

DU NOUVEAU... UN ROMAN JEUNESSE

Ouvrant son aventure littéraire à un autre genre, Alain vient de sortir «Couleur de cauchemar », un roman jeunesse pour les 9-14 ans qui est un prélude à la trilogie Dreamwalker

Voici comment le site web présente ce livre jeunesse:  

Mathis n’est pas un enfant comme les autres. 

Il a un jumeau, Rémi, qui l’adore. Seulement, Rémi est autiste et ne perçoit pas le monde comme lui. Mathis a longtemps pensé qu’il n’y avait rien de pire que de devoir se plier quotidiennement à la routine de son frère.
Plus maintenant. Aujourd’hui, Mathis est hanté par de terribles cauchemars qui reviennent nuit après nuit. Des cauchemars qui semblent si réels, si détaillés, si… colorés.
Et si ces rêves n’étaient pas que de simples rêves? S’ils avaient une signification plus importante? Un étrange médecin, accompagné d’un chien qui parle, semble être le seul à posséder la clef pour libérer Mathis de ses terreurs nocturnes.
Je pense que je vais le proposer à mes petites-filles...


J’aimerais souligner aussi qu’Alain a développé sa
propre maison d’édition. Malgré la grande qualité du texte, les éditions agréées ont refusé son manuscrit pour diverses raisons: l’ampleur de l’œuvre (plus de 600 pages par bouquin); le risque associé au thème tout à fait nouveau; et parce qu’Alain n’était pas déjà une vedette connue du monde littéraire.

 Voulant donner à son public la possibilité de lire ses romans, il a plongé lui-même dans la gestion du risque et, malgré tous les détracteurs, il s’en sort très bien. Posséder sa propre maison d’édition lui garantit l’indépendance et garde son esprit créateur libre d’aller dans la direction qu’il choisit. 

Sur son site web, Alain explique son style très particulier : « Notre genre littéraire se situe entre le crépuscule et la nuit complète, là où le réel tourne au fantastique et où le suspense se marie à l’imaginaire. »   
On peut trouver ses livres de la trilogie et son roman jeunesse dans une librairie près de chez vous ou en consultant le site web de la maison d’édition Onirium.
Bravo Alain ! Félicitations pour ton succès que tu mérites bien ! 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire